L'infos en toute objectivité

     L’évolution de la technique dans le milieu de la photographie

     L’évolution de la technique dans le milieu de la photographie

Fév 21, 2018

 

   Lien social :

La sociabilité est l’art de vivre. Elle rassemble toutes les manières conventionnelles d’interagir, grâce auxquelles les hommes d’une époque et d’une culture parviennent à ajuster les moments de la présence et de l’absence, les rythmes de l’échange et du silence.

Les technologies de communication sont les instruments de la sociabilité, sur lesquels les hommes s’appuient pour développer des formes spécifiques dans l’art subtil, d’entretenir le lien et de conduire le commerce interpersonnel.

Dans le monde occidental contemporain où l’absence s’oppose généralement à la présence, la lettre et le téléphone ont souvent été utilisés comme des moyens pour construire des formes de présence intermédiaire, pour suppléer à la présence, sans jamais pouvoir complétement s’y substituer.

La caractéristique de cet usage est que les participants sont proches relationnellement et éloignés – au sens où les rencontres en face-à-face sont difficiles, plus les échanges médiatisés sont longs – car leur richesse témoigne de la force du lien – et moins ils sont fréquents.

Les vingt dernières années ont vu un renversement de perspective : les technologies de communication, avec principalement les dispositifs mobiles, ne jouent plus un rôle de substitution au face-à-face, mais constituent une ressource pour construire une présence généralisée ou “connectée”, concomitante à la multiplication des dispositifs de communications interpersonnelle.

Les personnes se contactent sans cesse, avec toutes les ressources disponibles.

De nombreux échanges sont courts et valent plus pour le geste que le contenu, comme le montrent en particulier les usages SMS.

Avec la “présence connectée”, les frontières entre présence et absence se brouillent, mais, c’est le silence ou l’indisponibilité qui deviennent problématiques.

 

   L’usage des objets communicationnels :

Les interactions entre personnes humaines sont traversées en permanence par une série de techniques.

L’objet de communication peut être défini comme un objet disposant d’une “force” pouvant favoriser les pratiques d’interaction, d’échange, de coopération, de coordination entre individus et entre groupes.

Les pratiques de communication suscitées par l’usage des objets communicationnels sont susceptibles d’induire un type particulier de socialisation et, éventuellement, une transformation dans la nature du lien social.

De la communication médiatisée aux objets communicationnels :

Les objets communicationnels d’aujourd’hui, sont constitués le plus souvent de dispositifs numériques.

Il faut remonter à l’émergence du domaine dit de la “communication médiatisée par ordinateur” (CMO), pour saisir la pertinence et l’importance aujourd’hui de ce que signifie cette prégnance d’objets communicationnels devenus partie prenante du quotidien dans les sociétés fortement informatisées.

De nos jours, les équipements et les nouvelles technologies de la communication et de l’information (portables, smartphones, caméras…) sont divers et variés.

Vous planifiez d’acheter de nouveaux équipements, et vous ne savez pas vers quel type de matériel vous tourner vu que la gamme de choix est vaste, consultez le site “OTPV” (on a testé pour vous). C’est un site de référence sur l’actualité des nouvelles technologies et également du digital, sur lequel vous pouvez trouver beaucoup de guides d’achats et d’avis, comme le guide du meilleur appareil photo compact.

Sur ce site comparateur de produits (“on a testé pour vous”) , vous allez trouver toute l’actualité High-tech.

Procédure de conciliation : tout savoir pour éviter la cessation de paiement

Procédure de conciliation : tout savoir pour éviter la cessation de paiement

Mai 21, 2017

Lorsque votre entreprise est en difficulté financière et que vous n’êtes pas encore en cessation de paiement, vous pouvez avoir recours soit à une procédure de conciliation soit à une procédure de mandat, pour sauver votre entreprise.

L’objectif de la conciliation

Suite à la demande du dirigeant de l’établissement, au tribunal de commerce ou de grande instance, un conciliateur désigné par le tribunal interviendra dans la procédure d’accord qui sera établi avec les créanciers afin d’éviter d’amplifier les difficultés économiques, sociales ou juridiques et d’empêcher la société de subir un redressement judiciaire ou une liquidation. Les accords et toutes les négociations sont complètement confidentiels contrairement au redressement judiciaire. Le conciliateur peut être proposé par le dirigeant, toutefois la demande du débiteur doit être assistée par un avocat comme l’a bien précisé l’administrateur judiciaire. La durer d’une procédure de conciliation est de 5 mois maximum, pour trouver un compromis avec les créanciers.

Grâce à cette procédure, la suspension immédiate des poursuites en paiement, ainsi que des assignations en redressement ou liquidation judiciaire lancées par les créanciers contre la société. Mais aussi le gel du passif et l’étalement de son paiement sur plusieurs années. Ce qui est important est que grâce au conciliateur un rapprochement entre débiteur et créancier avec des accords pouvant maintenir et sauver la société.

Le conciliateur n’agit pas par son propre gré, que par l’accord du dirigeant, le tribunal ne peut rien lui imposer. Le conciliateur n’a qu’un rôle de conseillers et aide le débiteur dans les négociations avec les créanciers en profitant du poids de la désignation du tribunal dans le seul but de sauver l’entreprise. L’administrateur judiciaire peut endosser le rôle de conciliateur, bien sûr en intervenant hors mandat du tribunal.

Avantages de la conciliation

Du côté du dirigeant, qui gère et reste maitre de son entreprise, et le seul qui peut designer quels créanciers devront être concerné par la conciliation.

Pour les créanciers, dans le cas où il accepte d’aider le dirigeant en difficulté, profiteront de l’avantage d’être payé en priorité en de cas de lancement de procédure de redressement ou de liquidation. Ce privilège permettra au créancier d’avoir une garantie, et par ce fait encourage ces derniers, d’aider, et de continuer à soutenir le dirigeant.

Il vaut mieux agir dès que les difficultés financières, juridiques ou économiques pointent leur nez, pour pouvoir éviter les conséquences plus lourdes comme le redressement judiciaire ou pire la liquidation.

Différences entre conciliation et mandat ad hoc

Si la conciliation se fait par désignation du tribunal d’un conciliateur pour négocier avec les créanciers désignés par le débiteur, le mandat ad hoc c’est la nomination d’un mandataire pour assister le gérant dans un domaine bien défini.

Le mandataire, est désigné aussi par le tribunal, et peut être proposé par le dirigeant de l’entreprise. Par contre, il peut aussi jouer le rôle de conciliateur, alors que le contraire n’est pas vrai.